Mr. Nobody

affiche predestination

Date de sortie : 13 janvier 2010.
Réalisateurs : Jaco Van Dormael
Casting : Jared Leto, Diane Kruger, Sarah Polley, Juno Temple et Toby Regbo

Synopsis :

Nemo Nobody est le dernier mortel restant sur terre. Dans une époque où chaque être humain est « télomérisé », il va nous raconter sa vie, ou plutôt ses vies, avant de rendre son dernier souffle. Maintenant, c’est à vous de juger si ce vieillard a perdu l’esprit, ou alors, s'il cache un secret…

Note générale :note du film

Si vous avez vu le film, jetez un oeil à la description ci-dessous

Complexité :note de complexité

Nous voici devant un grand casse-tête, vous l’aurez remarqué. Mr. Nobody est un film d’une très grande complexité et d’une grande beauté. Nous commençons à la fois par la fin et le début du film, qui, au final, vont s’entre-joindre en fonction du choix que Nemo aura fait au cours de sa vie. Vous aurez compris la subtilité du film. Le Nemo Nobody centenaire, qui nous raconte toutes ses vies passées, est en fait un paradoxe, ce personnage n’existera jamais dans notre réalité. Le monde du vieux Nemo est né de l’imaginaire d’un enfant de huit ans. Ce qui est irréfutable, c’est que personne ne peut vivre plusieurs vies à la fois, mourir, et être toujours présent pour vous les raconter. On est bien d’accord là-dessus. Le commencement de cette histoire débute, en fin de compte, le jour où cet enfant de huit ans doit choisir entre son père et sa mère.

Cohérence :note de cohérence

On se laisse porter par le fleuve tranquille de chaque parcelle d’histoires, durant tout le long du film, sans comprendre où cela nous mène. Nous sommes témoins, durant le film, d’une vie qui ne comporte ni début ni fin. La scène où Nemo - centenaire - parle à « l’un de ses sois » par l’intermédiaire d’un écran, est en fait une projection de son subconscient. Il vit dans un monde sans queue ni tête, qui ne mène pas vers la fin de l’histoire escomptée. On peut appeler ça un "bug" ou plutôt une anomalie. On aperçoit bien que son monde s’effondre dans sa totalité, car, dans la tête du petit garçon, cette réalité n’existera jamais. Par conséquent, elle est supprimée des possibilités. Le cerveau est une chose de très complexe, qui laisse libre à l’imagination et ce film nous le rappelle à chaque moment. Je compte attribuer la note de 5/5 pour la cohérence du film qui prend tout son sens seulement à partir de la fin.